Salut à tous !

Après plusieurs années de pratique de vélo sur home trainer, je voulais partager avec toi mon expérience, et mon installation actuelle.

Je vais commencer cet article en répondant à deux questions qui me reviennent assez souvent quand je parle de vélo sur home trainer, sur mes réseaux sociaux notamment. Et que tu te poseras peut-être durant la lecture de cet article !

 

Pourquoi faire du vélo en plus de la course à pied ?

Si tu me suis un peu, tu sais que je pratique très régulièrement le vélo, malgré que mon sport principal est la course à pied & le Trail. Cependant, le vélo est un très bon complément et beaucoup de coureurs pratiquent justement ce que l’on appelle l’entrainement croisé (qui consiste à s’entraîner en course, tout en alternant avec un autre sport, ici en l’occurrence le vélo). Je ne vais pas m’attarder sur ce point là, mais les bénéfices sont très nombreux comme :

  • un entrainement plus complet / travail différent selon le sport
  • éviter la lassitude / varier de sport
  • s’entraîner plus sans forcement se blesser ou prendre de risque (le vélo est moins contraignant que la course pour le corps par exemple)
  • entrainement biquotidien plus simple
  • etc…

 

Cependant, je pourrai en parler dans un prochain article si tu le souhaites, n’hésites pas à me le faire savoir en commentaire 😉.

 

Pourquoi investir dans un home trainer ?

Nous en parlerons plus bas dans l’article, mais une installation home trainer complète, peut avoir un prix non négligeable. C’est donc clairement un vrai investissement.

Pour ma part, même si les sensations entre le vélo en extérieur et le home trainer en intérieur ne sont pas comparables, de plus en plus de progrès sont réalisés par les constructeurs de home trainer, et l’expérience utilisateur devient justement de plus en plus réaliste.

Les avantages du home trainer sont nombreux par rapport au vélo outdoor, avec notamment :

  • Un gain de temps : pas de préparation du vélo, juste une tenue et une serviette, pas de nettoyage du vélo après la séance, etc
  • Possible de rouler sans tenir compte des conditions climatiques, en toutes saisons.
  • Des parcours variés : plat, côtes, col de montagne, etc
  • Une plateforme sociale et interactive très sympathique (plateforme comme rouvy par exemple)

 

Selon moi, il est primordial de porter attention à 3 choses afin d’avoir une installation digne de ce nom :

  • Le modèle de home trainer
  • Le modèle de vélo
  • Le logiciel de vélo virtuel

 

Je vais maintenant te donner quelques conseils afin de faire le bon choix si tu souhaites, toi aussi, acquérir un home trainer, ou en savoir plus à ce sujet-là, et ensuite te présenter mon installation personnelle ! 🙂

 


1. Bien choisir son home trainer

 

Le modèle du home trainer :

 

Il existe plusieurs types de home trainer que je distingue selon 2 grandes familles :

 

  • Les classiques (mécaniques, à air, rouleaux, etc)

    • Présentation :

Les “home trainer” classiques disposent souvent d’un système de freinage basique mais puissant. Il suffit d’installer simplement la roue arrière de son vélo sur le home trainer. L’arrière de celui-ci dispose d’un rouleau. En posant la roue arrière sur le rouleau, la résistance est activée. Sur un appareil de ce type, il est uniquement possible d’ajuster la résistance à la main. Le réglage des différentes résistances est géré via un câble et une commande qui se montent sur le cintre du vélo.

Il existe également des modèles avec des rouleaux, cependant très limités. Effectivement, ils permettent de travailler l’équilibre, la technique de pédalage et la vélocité. Le problème étant que sur un rouleau, le vélo n’est pas fixé et il ne permet donc pas de simuler des pentes ni de travailler la force et la puissance… De plus, il est assez imposant. On l’utilisera donc plus pour s’échauffer avant une compétition par exemple.

Pour revenir aux modèles de HT mécaniques, ils sont généralement faciles à monter et pas très chers. On peut également facilement le transporter et s’en servir de partout, car ils fonctionnent sans électricité. Ils sont idéals pour les utilisateurs occasionnels, ou débutants notamment, avec un petit budget.

 

    • Mon expérience :

Personnellement, j’ai commencé avec un modèle de ce type-là. J’avais un Tacx “Blue Motion” justement, un peu du même type que celui sur la photo. Ce qui est top, comme je l’ai dit plus haut, c’est le prix, accessible pour les débutant (car oui, un débutant ne va pas forcement investir un gros budget sur un matériel qu’il ne connait pas ou peu, et sur un sport qu’il découvre). Pour moins de 150€, on trouve de nombreux modèles.

Cependant, j’ai vite compris que j’avais besoin d’un modèle plus complet (et connecté en l’occurrence) afin de profiter au maximum de l’expérience de vélo indoor, et des fonctionnalités online. Effectivement, même si cet HT faisait bien le travail, un modèle classique comme le Tacx que j’avais à mes débuts m’a rapidement “ennuyé” par sa monotonie, et le fait de passer ses vitesses soit-même… C’est tout de même moins fun et prenant qu’un modèle connecté, sur une plateforme virtuelle en ligne.

Ma première installation : mon vélo de route sur le Tacx mécanique

 

  •  Les interactifs / connectés (avec transmission directe ou non)

    • Présentation :

Les HT connectés sont plus modernes, et disposent surtout de nombreuses fonctionnalités, par rapport à un modèle classique.

On peut en trouver avec une transmission directe ou non. J’entends par là, des modèles qui permettent de relier directement la chaîne du vélo au HT,  équipé d’une cassette. On doit donc enlever la roue arrière complète. Ces Home Trainer sont en général plus complets et permettent de simuler des pentes jusqu’à 20% et ce de manière assez discrète. Pour citer des exemples, le modèle Elite Direto ou encore le Tacx Neo 2 sont de ce type. A contrario, un modèle sans transmission directe, moins performant, ressemble un peu aux modèles mécaniques avec la roue arrière du vélo calée contre le home trainer. Par exemple le modèle BKOOL Smart Pro 3.

 

La première chose qui m’a épaté quand j’ai vu pour la première fois la démonstration d’un modèle connecté est le fait de pouvoir, pendant sa séance d’entraînement, visualiser un parcours sur un écran (tablette, smartphone, ordinateur, TV).  Les plateformes virtuelles (comme ROUVY), et leur communauté (il est possible d’uploader ses vidéos), proposent effectivement de nombreux parcours, filmés à vélo ou moto afin de rendre l’expérience beaucoup plus réaliste et prenante.

Pour en venir aux parcours proposés justement, il est également possible de suivre un entrainement précis selon les besoins (pente, force, endurance…), et donc de choisir un parcours adéquat à celui-ci (montagne, plaine, collines, etc). On peut donc si l’envie nous prend de grimper le mont Ventoux et même de rouler sur les étapes du tour de France, tout cela dans son salon 😃, si la plateforme le permet !

Bien évidemment, les HT connectés (selon les modèles) génèrent en temps réel de nombreuses données relatives à son entraînement comme la cadence de pédalage, la puissance, la vitesse virtuelle, etc. Utile pour se fixer des objectifs avant la séance et analyser les données après celle-ci.

Enfin, grâce à internet, il est possible de rouler à distance avec un ami, ou la communauté et de partager ses sorties sur des plate-formes, comme Strava, Garmin ou Training Peaks, comme je le fais sur mon STRAVA.

De nombreux avantages et fonctionnalités qui permettent de rompre la monotonie et d’avoir une expérience plus fun tout en s’entrainant correctement et efficacement.

 

    • Mon expérience :

Pour en revenir à ma petite histoire, après en avoir eu assez du HT mécanique, je me suis donc décidé d’acheter un home trainer connecté. J’ai opté pour le BKOOL Smart Pro 2. Un modèle de milieu de gamme plutôt accessible pour évoluer et commencer avec un modèle connecté. J’ai tout de suite trouvé l’expérience géniale. Rien à voir par rapport à mon vieux HT mécanique. J’ai pu découvrir au fur et à mesure les nombreuses fonctionnalités, qui m’ont redonné gout à rouler en intérieur. Ça tombe bien, c’était l’hiver !

J’utilisais la plateforme BKOOL, fournie avec le HT, que je n’utilise plus actuellement, mais pour une première expérience, c’était top et j’ai pu découvrir les parcours avec dénivelé automatique, les vidéos, les compétitions en ligne, etc.

Aujourd’hui, j’ai le modèle ELITE DIRETO, cela depuis 1 an, car je voulais après avoir beaucoup roulé sur le BKOOL Smart Pro 2, un HT à transmission directe. J’ai choisi ce modèle pour son bon rapport qualité/prix. Pour 700€ (acheté il y a un an environ), il rivalise avec les modèles à 1000€ voir plus. J’en parle dans le point 4, au sujet de mon setup actuel !

Concernant la plateforme de vélo virtuelle, je roule avec ROUVY, qui est pour moi après plusieurs tests, une des meilleures aujourd’hui ! J’en parle dans le point 3 de cet article !

Mon HT actuel, le ELITE DIRETO à transmission directe

 

 


2. Bien choisir son vélo pour le HT

 

Le modèle que j’utilise sur mon HT

 

Concernant le choix du vélo, ce sera beaucoup plus rapide ! Il faut tout d’abord savoir à quelle fréquence tu vas rouler sur ton home trainer.

 

  • Si tu roules occasionnellement, par exemple, uniquement l’hiver, quand les conditions climatiques à l’extérieur sont déplorables et que le reste de l’année, il reste rangé, tu pourra utiliser ton vélo de route actuel sans problème. Tu n’aura pas spécialement besoin d’investir dans un vélo secondaire.

 

  • Cependant, si comme moi, tu roules sur HT toute l’année, donc très régulièrement, je te conseille fortement d’acheter un vélo secondaire pour l’utilisation sur home trainer. Pourquoi ? Tout d’abord, ton vélo de route, qui t’as surement coûté cher (d’autant plus pour les modèles en carbone) va s’user plus rapidement à force de l’utiliser sur le HT. Effectivement, le fait de fixer un vélo un HT va faire travailler le cadre, notamment à l’arrière au niveau des tubes à raccords, d’autant plus si tu t’entraîne en danseuse.

 

Le mieux est donc d’utiliser un vélo avec cadre en aluminium, plus robuste, et de plus moins coûteux, dédié à l’utilisation en intérieur.

Un autre avantage d’avoir un vélo pour son HT est qu’il peut rester fixé toute l’année sur celui-ci. En effet, ce n’est pas terrible de devoir le fixer et l’enlever à chaque fois que l’on veut sortir dehors. D’autant plus si tu as un modèle à transmission directe, cela peut devenir embêtant et long de devoir remettre la roue a chaque fois…

 

Voilà, pour terminer sur cette partie-là, je ne dis pas que le carbone est une matière fragile, mais c’est uniquement une mise en garde et un risque à ne pas négliger surtout si passe beaucoup de temps sur ton HT ! Le top est donc d’avoir un beau vélo d’extérieur et un vélo pour son HT (un modèle plus classique et moins coûteux), comme ça pas de prise de tête et pas de risques inutiles.

 


3. Bien choisir la plateforme virtuelle

 

Le 3ème critère important selon moi est effectivement le choix de la plateforme virtuelle sur laquelle on va connecter son home trainer et tout simplement s’entraîner. Les choix ne manquent pas, mais quelques plateformes se différencient comme BKOOL, Swift ou encore Rouvy. Il faut savoir également que chaque plateforme est compatible avec de nombreux home trainer de différentes marques.

Comme je l’ai exprimé plus haut dans la présentation des home trainer connectés, les fonctionnalités sont diverses et variées. Le mieux reste de tester les différentes plateformes, qui proposent souvent quelques jours d’essais pour se rendre compte des possibilités et de l’expérience.

Il faut savoir que l’accès à toutes les fonctionnalités est payant pour la plupart des plateformes, moyennant un coût de 10€ par mois environs.

 

Pour ma part, j’ai testé quelques plateformes auparavant (notamment BKOOL puis BigRingVR), mais j’ai trouvé mon bonheur avec ROUVY, que j’utilise actuellement. D’ailleurs, je compte faire très prochainement un article plus détaillé sur la plateforme, mais je te cite quelques points forts de ROUVY :

  • Une carrière sur une année (avec différents grades et récompenses)
  • Des challenges tout le long de la saison
  • Des “On-line races” programmés pour rouler en communauté
  • Des parcours en HD très réalistes avec de beaux paysages (mon favoris est Hawaii – Kona)
  • Une compatibilité avec un grand nombre de home trainer du marché
  • Un essai gratuit de plusieurs jours
  • Un accès multi plateformes (Android, Apple, PC, Smartphone, tablette, etc)
  • Des entraînements structurés (fractionnés, FTP, etc)
  • Une analyse complète des données

 

Voilà un petit résumé des possibilités de la plateforme Rouvy, pour plus de détails je te laisse aller voir directement sur leur site. Et n’hésites pas à me faire savoir, si tu souhaites un article complet sur Rouvy !

Pour finir avec ce point là, le choix du logiciel reste personnel, et certains vont apprécier plus une plateforme que d’autres selon l’expérience vécue. Le mieux reste donc de tester et de faire son choix ensuite !

 


4. Mon installation

 

Comme promis, voici quelques photos et détails de mon installation personnelle. Il faut savoir que c’est déjà mon 3ème home trainer, et que je suis passé par un mécanique, puis un connecté sans transmission directe, avant de partir sur un modèle ELITE à transmission directe, qui selon moi apporte de meilleures sensations et plus de réalisme dans l’expérience du vélo indoor.

 

 

Il est également indispensable d’avoir les bons accessoires pour le vélo indoor, afin d’améliorer son expérience et s’entraîner correctement, dans de bonnes conditions ! En voici quelques uns, indispensables :

 

  • Ventillateur :

Il est indispensable d’avoir un ventilateur si tu fais un vélo en intérieur. Non pas pour simuler le vent extérieur, mais plutôt pour limiter la surchauffe, la sudation excessive et donc le risque de déshydratation.

Pour ma part, j’ai un Rowenta classique avec plusieurs vitesses qui fait très bien le taf. Il existe maintenant également des ventillateur pour HT de ce type, plutôt pratiques !

  • Support pour tablette ou PC :

Il est important d’avoir son écran devant soit afin de pouvoir bien suivre l’avancement de la séance, l’anticipation des difficultés et ses statistiques en direct. Il existe des supports spéciaux pour tablette ou smartphone, ou il suffit simplement d’utiliser une chaise, ou un tabouret devant son vélo, si comme dans mon cas vous utilisez un PC.

 

  • Tapis de sol :

Un tapis de sol est indispensable également. Il protège les sols fragiles des vibrations de l’appareil, réduit les bruits de fonctionnement et absorbe la transpiration.

 


5. Quelques conseils utiles pour terminer

 

Une fois le home Trainer choisi, il s’agit maintenant de s’entraîner de façon régulière. Pour que cet entraînement reste un plaisir et pour qu’il soit efficace, il faut veiller à respecter certaines règles simples :

  • Ne pas rouler plus de 2-3h sur Home trainer. Le mieux est de rouler 1h-1h30
  • Bien s’hydrater et faire le plein de sels minéraux car la sudation est très importante en intérieur du fait de l’absence de rafraîchissement provoqué par le déplacement.
  • Protéger le sol et le vélo de la transpiration (tapis de sol, serviette)
  • Prévoir une serviette pour s’éponger le visage pour que la transpiration ne vous pique pas les yeux.
  • Etre équipé d’un capteur cardiaque pour gérer au mieux son entrainement (pourcentage de la fréquence cardiaque) et un capteur de cadence (nombre de tours de pédales par minute).
  • Prévoir un échauffement de 10 à 20 minutes et terminer par 5 à 15 minutes de récupération active (50-60% FC Max).
  • Utiliser un pneu Home Trainer (valable uniquement pour les HT ou l’on laisse la roue arrière) qui s’abîmera bien moins vite qu’un pneu classique et qui sera moins bruyant.

 


Voilà, c’est terminé pour ma présentation globale de l’expérience vélo indoor avec HT. N’hésites pas à me poser des questions si tu en as, je répondrais avec grand plaisir.

Merci pour ta lecture, et n’hésites pas à me faire savoir si tu pratiques aussi le HT ou si cela t’intéresse. Par ailleurs, tu peux aussi m’ajouter en ami sur la plateforme ROUVY, avec mon compte : “MorningRunner

A très vite ! 🙂

SHARE THIS POST

3 Comments

Laisser un commentaire