Bonjour à tous,

 

Ce Trail là, je l’attendais avec impatience. La fameuse grande course des passerelles du Monteynard. 65 km de bonheur, de paysages magnifiques, un parcours exceptionnel avec pas moins de 3500m de dénivelé positif. De quoi en effrayer plus d’un. 🙂

Mais moi-même et Yohan avons décidés d’affronter la grande course et de représenter Run Bynight et Morning Runner à Monteynard.

 

Dans cet article je vais aborder et vous partager mon expérience sur ce Trail réalisé dimanche.

Dans celui-ci vous aller trouver un résumé de ma course, ma nutrition et mon équipement.

Pour accéder directement à l’une des rubriques vous pouvez cliquer ci-dessous :

Bonne lecture !


La course :

Un week-end tant attendu :

 

  • Samedi 20 juin

Après avoir été motivé par mon ami Yohan de la team Run Bynight, je décide de m’inscrire au Trail des passerelles du Monteynard et partir avec lui sur la grande course, les fameux 65km des passerelles (autant ne pas faire les choses à moitié) !

Après mon inscription sur le site internet, ça y est, je fais partie désormais des coureurs au départ de cette grande course ! Quelle aubaine 🙂

Les ¾ de mes amis et de mes proches me prennent pour un fou :

“65km en plein été ! T’es taré”

“3500m de D+, tu t’es pris pour un téléphérique ou quoi ?”

 

Peu importe, une seule idée persiste dans ma tête désormais, celle d’être finisher de la grande course des passerelles !

 

  • Samedi 15 juillet – 15h00

“OK, mes manchons, mes gels, ma perche à selfie… Hm je crois que j’ai rien oublié”

Après une dizaine de vérifications, je suis enfin prêt à partir.

Je donne à manger au chat 😉 et je vais à part dieu pour prendre le train de 16h15 direction Grenoble.

Effectivement, il vaut mieux pour moi que je dorme à Grenoble pour me rapprocher un peu de La Mûre, le point de départ.

C’est donc Yohan qui m’héberge et je le remercie encore.

Une fois arrivé à Grenoble, Yohan m’attend sur le quai et nous rentrons à l’appartement.

 

  • Samedi 15 juillet – 19h00

Il est maintenant l’heure de manger.

Et oui, ce soir vous pouvez nous surnommer “les poules” ! 🙂

Ce sera repas à 19h00 et couchage à 20h00. Le réveil de 2h10 en est la principale cause 🙂

Il est désormais temps de passer à table pour manger un bon repas de vieille de course composé d’un plat de nouilles aux cacahuètes, de poulet et en guise de dessert un fromage blanc avec une salade de fruits.

Nous ne tardons pas ensuite à sauter dans le lit car la journée de demain s’annonce éprouvante et fatigante, nous avons donc besoin de prendre des forces 🙂 .

 

Le matin d’avant course :

 

  • Dimanche 16 juillet – 02h10

Le réveil sonne, et oui nous sommes des … “Morning Runners” ou pas ? 😀

Après un réveil un peu difficile, je file prendre une bonne douche froide qui me fait revenir sur terre. Le petit déjeuner de ce matin, cette nuit est assez léger pour moi.

Effectivement le réveil très tôt ne me donne pas une faim de loup. De plus je préfère être léger au départ de ma course. Il est donc composé de muesli, d’un gâteau de l’effort de Nutrisens Sport, d’une banane et d’un café bien serré.

 

  • Dimanche 16 juillet – 03h15

Je me sens désormais plus en forme et réveillé, prêt à affronter ce Trail et motivé comme jamais !

Nous nous dirigeons vers La Mûre où nous prenons le départ.

 

Village départ :

 

  • Dimanche 16 juillet – 04h30

Une fois arrivé sur place, l’adrénaline monte, et mon envie de partir m’aventurer sur ces passerelles (et pas que!) est au comble.

Nous allons retirer nos dossards, numéro 592 pour moi et 461 pour Yohan.

 

Au passage, je remercie l’organisation pour l’originalité du cadeau coureur, qui change du classique Tee Shirt :

 

  • Dimanche 16 juillet – 05h00

Nous sommes à désormais 30 minutes du départ, après un léger échauffement, nous allons vers le départ 15 minutes plus tard.

 

Le départ retentit :

 

  • Dimanche 16 juillet – 05h30

3…2…1…Ça y est, nous partons pour 65km de bonheur !!!! Une ambiance de fou à l’aube de cette belle journée, je vous laisse voir cela pour vous même dans la vidéo ci dessous :

Un départ tranquille :

 

Je ne suis pas spécialement ici pour faire une performance et pour me classer du fait que les Trails longs ne sont pas ma spécialité.

Je suis surtout là pour me lancer un défi personnel, avoir une expérience sur une longue distance et dans un premier temps prendre du plaisir et admirer les beaux paysages.

Au 7ème KM, dans la 1ère montée, je me détache de Yohan. Je me sens plutôt bien et écoute principalement mes sensations.

1ère montée, stay positive 🙂 :

 

Petit aperçu au sommet de la première difficulté de cette course :

 

KM 40, le fameux col du Sénépi, quand l’enfer à un nom :

 

Après un ravitaillement bien mérité, les bénévoles de celui-ci nous annoncent le contexte des prochains KM. Le col du Sénépi, environ 7,5 KM de grimpette avec pas moins de 1000m de D+ ! De quoi bien se casser les jambes 🙂

Au final, je suis assez content car j’ai gravi cette difficulté sans trop souffrir, et bien sur la récompense au sommet est magnifique :

 

Maintenant on descend, je vous laisse admirer :

Le plus dur commence :

 

Après ce col qui m’a puisé beaucoup d’énergie, je commence à subir ma course et à être dans le dur. Les descentes commencent à peser sur les genoux, et le dessous des pieds brûle.

Cependant, je n’ai qu’une idée en tête, celle de terminer ce défi.

J’essaye de ne pas penser à la douleur et une fois au ravitaillement du 50ème KM, je sors mon remède magique : le baume du tigre.

Une fois celui-ci trouvé au fond de mon sac, j’ai l’impression d’avoir le Graal dans les mains, plusieurs coureurs me supplient pour m’en emprunter un petit peu. 🙂

Douleurs aux genoux, tibias, quadriceps… Je vois que je ne suis pas le seul dans le dur et ça me rassure ! 🙂

Je le partage donc avec grand plaisir et m’en applique à mon tour sur le genou notamment.

Je vous conseille grandement un baume chauffant comme celui-ci surtout sur ce type de course. Pour vous en procurer je vous recommande le site : achat-baume-du-tigre.com

De plus vous avez -10% dès 50€ d’achat avec le code “MORNINGRUNNER”. 😉

Mes jambes sont désormais plus légères et je repars pour 7km direction le prochain ravitaillement, au KM 57.

 

Un moment de répit et de bonheur pour les yeux :

 

Avant la dernière difficulté, nous passons enfin sur les passerelles tant attendues, et je peux vous dire que ça vaut le coup de faire 50km pour les voir 🙂

Juste un moment de bonheur dans une souffrance qui semble interminable :

 

Une dernière difficulté :

 

Une fois les passerelles passées, j’arrive au ravitaillement du KM 57. Il reste si peu de KM mais cela semble très dur et infinissable.

La dernière difficulté est devant nous, 2km de montée avec 300m de D+ ainsi que 2km de descente derrière. Après m’être ravitaillé correctement, je passe sous la douche obligatoire des bénévoles 🙂 (une bouteille d’eau versée sur la tête, mais que cela fait du bien!)

La montée de cette dernière difficulté se passe plutôt bien, la descente moins bien mais j’arrive enfin devant ce panneau :

L’arrivée :


Après un peu plus de 12h20 de course et pas moins de 65 KM ainsi que 3500m de dénivelé positif me voilà arrivé !

Le pur bonheur… un mélange de sentiments qui allie la fierté d’avoir fini cette épreuve et la délivrance pour mon corps qui commençait à être à court de ressources.

Il est maintenant temps de recharger la machine en se reposant et en mangeant correctement.

 

  • Dimanche 16 juillet – 18h30

C’est l’heure de rentrer à Lyon pour passer une grosse nuit de sommeil bien méritée ! 

Demain est un autre jour et je pourrais désormais dire :

“Je suis finisher de la grande course des passerelles du Monteynard” avec grande fierté.

 

Je vais maintenant vous parler de ma nutrition avant, pendant et après la course ainsi que l’équipement utilisé.


Ma nutrition :

Je ne vais pas vraiment m’attarder sur ce point là du fait que je prévois très prochainement un article dédié à mon alimentation sur la course avec mes produits Nutrisens Sport, qui propose une large gamme de barres, boissons, gâteaux ou encore gels énergétiques qui  ont été soigneusement élaborés pour répondre aux besoins des sportifs de l’endurance.

 

Pour ce Trail, l’équipe de Nustrisens sport m’a spécialement concocté un pack “trail long” pour que je puisse être au top durant mon effort.

D’ailleurs si vous souhaitez passer commande sur leur site, vous bénéficiez de 15% de remise avec le code “AVANTAGE15”. 😉

 

Le matin et avant la course :

 

Pendant la course :

Ravitaillements :

Nous avions un ravitaillement tout les 10 KM environ, composé d’un large choix de boissons et nourriture (je remercie l’organisation d’ailleurs, pour ces ravitaillements très complets et variés)

On pouvais trouver notamment :

  • Des fruits : bananes, pastèques, oranges.
  • Des aliments sucrés : pain d’épice, sucre.
  • Des aliments salés : pain, fromage, rosette, TUC, mélange de fruits secs.
  • Des boissons : eau, sirops, cola, eau pétillante St Yorre.

Personnellement, étant donné que j’avais mon pack nutrition de Nutrisens Sport, j’ai opté aux ravitaillements surtout sur des fruits (la pastèque que je recommande d’ailleurs grandement, hydratante et légère) et des TUC pour recharger en sel.

Après la course :

 

Comme je vous l’ai dit, ce fut bref côté nutrition mais soyez patients, l’article de test arrive très vite ! Dans celui-ci je passerai en revue tout ces produits et les bienfaits qu’ils m’ont apportés sur ma performance avant, durant et après la course.


Mon équipement :

 

Pour ce Trail, j’ai utilisé :

 

1 – Chaussures : Asics Gel Kayano 20

Description : Les Asics Gel Kayano 20 sont parfaites pour les coureurs à foulées universelles à pronatrices. Idéale pour les entraînements et compétitions de running/trail sur routes et chemins tracés, elles apportent une stabilité et un confort inégalés pour des parcours longs.

Le prix de ces chaussures est de 100€

Chaussures idéales pour courir des distances supérieures à 10km. Si évidemment elles ne sont pas adaptées pour battre mes records sur 10km, j’adopte volontiers les Kayano pour les sorties et compétitions longues distances. Bonne résistance, bon amorti mais cependant pas recommandé pour des Trail au dessus de 30km, je commençais à avoir les pieds qui brûlent et des petites ampoules.

 

2 – Manchons de compression : BV sport élite

Description : Ces manchons améliorent le retour veineux, favorisent l’oxygénation musculaire, tendineuse et ligamentaire en optimisant ainsi la performance. Réduit les vibrations et la sensation de “jambes lourdes”.

Le prix est de 55€

Conseillés mais pas indispensables non plus.

 

3 – Short : Saucony Endorphin Split

Description : Short léger avec des ouvertures aux jambes larges, combinées à un tissu élastique allongé ce qui maintient les jambes libres et aère correctement.

Le prix est de 40€

Bien à l’aise dans ce short, mention spéciale pour la petite poche à l’arrière, pratique pour un gel ou y mettre des objets lors des sorties (clefs…) et la respirabilité. Je recommande pour tout type de courses lorsqu’il fait un temps très chaud notamment.

 

4 – Montre : Polar v800

Description : Cette montre me suit au quotidien, elle est multisports et dispose d’un GPS sophistiqué. Elle est destinée aux sportifs assidus et aux athlètes professionnels désireux d’atteindre leurs performances maximales. C’est un modèle haut de gamme de polar.

Le prix est de 449€

 

5 – Débardeur : Saucony Hydralite

Description : Ce débardeur est ultra léger, sèche très rapidement ce qui permet de bien rester au sec, l’arrière est ventilé pour une aération maximale.

Le prix est de 30€

Très à l’aise dans ce débardeur, on l’oubli assez facilement et on reste bien sec.

 

6 – Sac d’hydratation : ULTRA-TRI 12L

Description : Sac d’une capacité de 12 litres, et d’un poids de seulement 570g. Il est capable d’accueillir une poche à eau jusqu’à 3L. Il dispose aussi de 2 poches  à l’avant (sur les lanières) pour des gourdes ou bouteilles allant jusqu’à 750 ml. Il a également beaucoup de petites poches pour un rangement optimal.Ce sac est très respirant et imperméable en cas d’intempérie. Un sifflet de secours est intégré dans une poche à l’avant.

Acheté pour seulement 30€.

Un super rapport qualité prix pour ce sac que j’ai acheté sur un site étranger par curiosité. Au final, je suis super content et je m’en resservirai sans hésiter.

Sa capacité de 12L permet de disposer d’un grand espace pour stocker les accessoires nécessaires à un Trail long : pansements pour ampoules, nutrition, couverture de survie, téléphone, frontale… Le tuyau de la poche à eau est très bien maintenu et ne bouge pas pendant la course, on peut s’hydrater très facilement. Très bonne respirabilité et un bon ajustement pour un gabarit comme le mien. Que du bon sur ce sac qui est l’un des accessoires indispensable du traileur.

 

7 – Visière Under Armor UA Shadow

Description : Cette visière dispose d’une fermeture réglable à scratch, s’adapte bien à la tête et reste bien en place sans serrer le crâne. Le bandeau de protection intégré élimine la transpiration pour bien rester au frais et au sec.

Son prix est de 15€


Le bilan :

Cette expérience de Trail long fut très enrichissante pour moi. Je ne cherchais en aucun cas à faire une grosse performance étant donné que je prenais cela plus comme une découverte et un défi personnel.

Au final, voilà mon temps :

 

C’est sur, ce n’est pas le dernier Trail long que je ferai mais cependant je vais récupérer et me préparer pour la saison prochaine qui commence dès le 3 septembre !

Je tiens a remercier l’organisation de ce Trail, qui fut géniale et qui nous a offert les conditions optimales pour réussir cette course.

Leur site ici.

Petit clin d’œil également aux coureurs avec qui j’ai pu discuter pour oublier la douleur notamment. C’est aussi ça l’esprit du Trail, l’entraide.

Pour la beauté des yeux, je vous met une petite vidéo d’une descente au 10ème KM pour finir mon article en beauté ! 🙂

 

Merci pour votre lecture !

N’hésitez pas à donner votre avis en commentaire et à partager !

À bientôt !